Aller à la barre d’outils

Pascal Web TV

Web TV pour promouvoir l'entrepreneuriat, l’employabilité des jeunes et des Femmes au Bénin et en Afrique ainsi que la Démocratie et la bonne gouvernance.

Actualité NationaleEconomie

SITUATION DES ENTREPRISES AU BÉNIN À L’ERE DE COVID-19 : Les entrepreneurs donnent une aperçue sur l’état de leurs sociétés.

Depuis l’apparition du Coronavirus, Covid-19 en Afrique, l’activité des entreprises a pris un coup comme au niveau des autres continents. Au Bénin, certaines entreprises ont vu leur activité en cessation, mais d’autres ont pu garder l’équilibre. Voici quelques entrepreneurs qui ont donné à notre rédaction leurs différentes appréciations sur l’état actuel de leurs entreprises.

Rubens Cyrus HOUINSAVI, Directeur général de DISTRIBUTEUR INTERNATIONAL

L’entreprise DISTRIBUTEUR INTERNATIONAL fait la promotion des produits locaux à travers la distribution dans toute l’Afrique. Malgré qu’elle ait été créée en janvier passé,  nous vendons bien.  Aujourd’hui avec la Covid-19, nous sommes obligés de vendre à crédit. Malgré ça, nous avons du mal à entrer en possession de nos fonds.  Nous allons au trésors public pour encaisser nos chèques après avoir livré des matériels informatiques,  on nous dit qu’il n’y a pas d’argent dans le compte. Nous pensons à la digitalisation de l’entreprise par la création d’une plate-forme accessible à tout le monde  fournisseur, client grossiste,  client consommateur.

Salamath Moustapha-Soulé, Promotrice de KNMS (Khéra Nora Morènikè Miranda Séphora)

Je suis la responsable de KNMS. Nous sommes dans l’assistance conseil marketing évènementiel et  productrice de sirop Gincé. Avant Covid19, KNMS était dans une phase de démarrage avec des objectifs et projets grandioses qui devaient prendre corps en 2020. À cause de ce virus, tout est mis en stand by. Le covid19 a tout fait tomber à l’eau. Parce que nous sommes dans l’événementiel, nous avions un festival (mai) et salon (juillet) de cette année. Vous comprenez avec moi que cela ne saurait se tenir à cause de la pandémie et de la distanciation sociale.
Aussi nous produisons du sirop et pour atteindre les clients, en plus de la vente sur internet, on profitait des foires et séminaires pour nos séances de dégustations. Cela nous a fait énormément du tord. C’est compliqué vraiment. Les finances sont au rouge. Il va falloir que l’on se réinvente. Pour le moment, on prend nos masques et on observe l’évolution.

Enoch HOUNKPE, Directeur du Label Wangnigni229

Je suis le Directeur du label Wangnigni229 qui est une centrale d’achat et de distribution des produits locaux de qualité. Nous aidons les entreprises a faire plus de chiffre d’affaires en travaillant sur la qualité de leur produit et en s’occupant de la distribution.
WANGNIGNI-229 faisait son bonhomme de chemin avant l’avènement de Covid-19 avec les difficultés comme quoi.
Avec l’avènement de Covid-19 où les frontières et aéroports sont fermés et que les consommateurs ont pris conscience que le risque de contamination est plus élevé en consommant les produits importés , ils ont fait face a leur destin , a l’origine, qui est de consommer ce que l’Afrique produit et de produire ce que l’Afrique doit consommer. C’est ainsi que nous avons produit nous même des  caches-nez , des gels hydro alcooliques Made in Benin  . Nous avons été sollicité par des ONG qui ont fait des dons de vivres composés de farine de maïs, de sucres, du gari , et autres produits des clients qui sont sous WANGNIGNI-229. Pour dire que ce n’est qu’en cette période que nous avons fait plus de chiffre d’affaires. Et c’est le moment pour les promoteurs de travailler sur la qualité de leur produit pour être compétiteur sur le marché.
Jusque là, nous ne savons pas encore l’héritage que laisse la Covid-19. Bien que les activités ont repris avec les gestes barrières, le virus continue de faire des dégâts . Mais nous savons, qu’on le veuille ou pas, cela a laissé des séquelles. Désormais, les bars, restaurant, supermarché, les grandes surface sont interdit de rassemblement et sont vides. Les rues sont moins fréquentées. Les gens sont plus devant les écrans (télévision ) et réseaux sociaux pour suivre les actualités. Ils sont ennuyeux à la maison et la seule façon de les occuper est d’organiser des visio conférences, des foires virtuelles en ligne pour la visibilité des PME-PMI, de sortir l’annuaire des PME-PMI, d’utiliser le site web comme www.wangnigni229.com pour faciliter les ventes et achats des produits et y associant un service de livraison a domicile. C’est ce que nous sommes prêts a faire et nous l’avons déjà commencé.

Aurore DOSSOU-YOVO, Promotrice du Centre Yael

Je dirige le Centre Yael, un centre de formation et d’événementiel.
Avant la pandémie nous avions un programme de formations pour les autres grandes villes du pays et un plan de voyage sur les forums à l’extérieur parce qu’on intervient aussi en dehors du pays mais hélas la situation de pandémie nous a obligé à surseoir toute les formations parce les déplacements et les rassemblements ont été très limités.
Actuellement, comme les restrictions sont entrain d’être levées progressivement, nous sommes entrain de travailler sur nos événements autour de l’organisation du  Forum sur l’Insertion Professionnelle et sur l’Autonomisation des Femmes en septembre et la Semaine Mondiale de l’Entrepreneuriat au Bénin en novembre prochain.
Par Robert LOKOCLOUNON

Comment here

Dutch Dutch English English French French