Femme scientifique et Développement

Femme Scientifique et Developpement

À la découverte d’une jeune scientifique et écrivaine:

Ndéye Marie Aida Ndiéguène: jeune entrepreneure et lauréate de plusieurs prix nationaux et internationaux à 24ans.

Sonia Djakpa

 

Les femmes en générale ont eu du mal à développer leur potentiel dans les sociétés où elles vivent il y a encore quelques années. Mais aujourd’hui grâce aux différentes évolutions de ces sociétés,  la femme commence à retrouver sa place. Dans les différents domaines aujourd’hui que la femme embrasse, elle est capable de s’affirmer et prouver ses compétences. Ainsi, nous avons rencontré cette jeune scientifique, humble et charismatique, à la tête d’une entreprise écologique et auteure de plusieurs livres. Elle a été décerné de plusieurs prix par différentes institutions nationale et internationale. Madame Aïda Marie Ndiéguéné a accepté nous  accorder une interview.

 

Pascal web TV : Bonjour madame, présentez vous aux lectorats afin qu’ils vous connaissent.

 

Je me nomme Ndéye Marie Aida Ndiéguène , j’ai 24 ans . Je suis une écrivaine , entrepreneur et activiste. Je suis sénégalaise .

 

Pascal web TV: Parlez nous de votre parcours, vison et objectif

 

Ndéye Marie Aida Ndiéguène: J’ai un parcours assez particulier car je porte plusieurs casquettes

La première est celle d’écrivaine

A 18 ans , j’ai reçu le prix « la parole aux étudiants » décerné par le cercle des économistes français , à 19 ans j’ai publié mon premier roman « Un lion en cage » , aux Éditions Harmattan Sénégal et ait reçu la même année en 2016 , le Grand Prix de la première dame du Sénégal pour la promotion de la littérature féminine

En 2017 , je recevais le prix littéraire « Certamen de Literario » décerné par l’ambassade de France au Sénégal et ait publié mon second roman « Gemini » aux éditions harmattan également .

Cette année 2020, a été très marquante également dans mon parcours littéraire car mon article « Women among the stars » écrit dans le cadre de la promotion de l’implication des femmes dans les sciences notamment dans le secteur spatial a été sélectionné par Space in Africa , partenaire de l’Agence Spatiale Internationale en Afrique , dans le top 10 des textes qui figurent dans le livre « Space Fostering African Societies ». En septembre de cette année , je recevrai « Le prix Caecedrat » de la jeune auteure pour l’ensemble de mon œuvre . 5 ans après mon premier prix littéraire .

Avec un tel préambule , vous pensez peut-être que j’ai eu un parcours littéraire mais non .

Je suis scientifique. Titulaire d’un baccalauréat scientifique, j’ai commencé mes études en mathématiques avant de m’orienter dans l’une de mes réelles passions : le génie civil. C’est dans ce sens que je suis devenue entrepreneure dans le domaine de la construction durable . Je suis directrice d’ « Ecobuilders Made in Senegal » (EMS), une entreprise spécialisée dans la construction de hangars écologiques, économiques et intelligents .

EMS est une jeune entreprise innovante spécialisée dans la construction d’hangars de stockage de produits agricoles en matériaux recyclés.

Des hangars sont économiques, écologiques et intelligents !

Écologiques car à travers nos constructions,nous avons pu créé une véritable chaine de gestion des déchets non biodégradables tels que les pneus, les bouteilles, les sachets en plastique…

Économiques car le coût de construction de nos hangars est accessible aux populations des zones rurales

Intelligents car grâce à l’intégration de la domotique et le développement d’une application dédiée à la gestion des stocks, nos hangars sont très faciles d’utilisation et gérables à distance!

La problématique que nous sommes entrain de résoudre  est celle de la perte après récolte due au manque d’espaces de stockage dans les zones rurales.

Notre objectif est de Permettre à tout agriculteur de disposer d’un espace de stockage optimum lui permettant de conserver sa récolte le plus longtemps possible !

Mais ce n’est pas tout !

Grâce à l’application de gestion de stock, nous mettons les agriculteurs en relation avec les potentiels clients ( supermarchés,  restaurants , commerces..)

Le palmarès D’Ems est le suivant :

Premier prix du Forum Jeunesse Sénégal décerné par l’ambassade de France au Sénégal , premier prix du SUSI pitch competition (Accra,Ghana) décernée par le Us department et la California state University, Top 10 des entreprises primées lors du Youth Connekt Africa , Top 10 du Ashoka Business Model Competition, initiative reconnue par la Nations unies comme luttant contre les changements climatiques

J’ai été boursière du SUSI program en 2018, ce qui m’a permis de suivre une formation et recevoir un certificat en entrepreneuriat sociale de la California State University

Je suis également formatrice en développement positif des jeunes certifié par FTH4H/ Virginia Tech University .

En 2019, j’ai été primée avec 11 autres entrepreneurs d’Afrique lors du Youth Connekt Africa au Rwanda pour le travail que je fais au sein de mon entreprise et nos résultats.

Je suis également activiste notamment sur les questions climatiques et de l’implication des femmes dans la science

J’ai eu l’honneur de participer au tout premier « Youth Climate action summit » au siège des nations unies New York pour représenter mon pays le Sénégal et parler de mon initiative. Je suis reconnue comme Youth climate Advocate au niveau mondiale et était l’ambassadrice de nombreuses campagnes de sensibilisation sur les effets du changement climatique tels que « ISWU ».

Ma vision c’est celle de l’impact positif.Je ne me dis jamais que c’est aux autres d’agir . J’ai conscience que j’ai une mission également et même si mon action représente une goutte dans l’océan et bien c’est une goutte quand même. Mon objectifs , c’est de continuer à mener ma vie remplie de passions ,de m’épanouir avec mes différentes casquettes mais surtout d’inciter par mon exemple les autres à faire de même .

 

Pascal web TV : parlez nous de votre engagement communautaire/ associative et comment vous arrivez à concilier vie professionnelle et vie privée ?

 

Ndéye Marie Aida Ndiéguène: Je suis très engagée au sein de ma communauté.

Déjà comme présidente d’une association reconnue par l’état sénégalais le « RAI » (Rêver ,Agir ,Impacter » , dont l’objectif est de mener des actions à grand impact social . Nous avons mené des campagnes de sensibilisation dans différentes écoles sur les thématiques du cancer du sein et du harcèlement scolaire et comptons aller plus loin encore dans nos actions. Coordinatrice nationale du programme SAGE (Students for the Advancement of Global entrepreneurship), programme né en Californie et qui aujourd’hui est présent dans plus de 25 pays dans le monde . Nous avons lancé le programme au Sénégal et sommes entrain de travailler pour construire la prochaine génération de change makers.

Je suis l’instigatrice de communautés telles que :

-Environnementalistes : groupe de réflexion de différentes experts en environnement pour mettre en place des solutions concrètes face aux impacts du changement climatique au Sénégal .

-Opportunités221 : qui regroupe plus de 1300 personnes répartis en 5 groupes whatsapp et qui connectent les professionnels aux opportunités à travers le partage d’annonces mais aussi des séances de coaching , de sensibilisation ect .. Je fais tout cela de façon bénévole et ça me rend très heureuse de donner ma contribution .

Alors,la question vie privée / vie professionnelle m’est souvent posée . Je dirai que dans tous les deux je tache de toujours faire ce qui est en corrélation  avec mes valeurs , ma vision , mes principes , mes passions du coup je ne sens pas le temps passé. Je ne fais pas ce que je n’aime pas ça me fatigue .

Parfois ça peut être compliqué , je suis très souvent sur le terrain et je suis parfois il faut le dire débordée mais il est important d’être avec quelqu’un qui vous comprend simplement . Le reste n’est que question d’équilibre . Je vais pas dire que je l’ai atteint car je suis encore aux balbutiements de ma vie d’adulte mais je fais de mon mieux pour garder un équilibre .

 

 

Pascal web TV :votre mot de fin pour encourager la jeune génération féminine montante à s’intéresser aux sciences.

 

Ndéye Marie Aida Ndiéguène : Comme mot de fin , je vais parler de deux initiatives que je mets en place dans ce sens

La première se dénomme « Les Amazones » que je suis entrain de mettre en place avec différents partenaires , c’est un concours sous forme d’aventure entrepreneuriale qui va promouvoir la vision des femmes fortes , belles mais surtout entreprenantes et inspirantes . Ce concours sera ouvert à toutes les jeunes filles sans distinction aucune le seul critère étant le leadership féminin. Nous sommes ouverts au partenariat dans la mise en place de ce concours ou plutôt de cette aventure humaine .

Ma seconde initiative est un hub scientifique d’innovation qui verra bientôt le jour entre 3 pays : le Sénégal , le Nigeria et le Canada . Je ne me pencherai pas trop sur le sujet mais les jeunes filles et les jeunes hommes bien sûr auront l’occasion de mettre en avant le talent d‘innovation .

Je vais terminer en m’adressant aux jeunes filles en particulier , je voudrai leur dire que le monde n’est certainement pas prêtes pour accueillir les femmes scientifiques, que les stéréotypes, les systèmes d’enseignement et l’ensemble du système semble être construits pour nous faire penser que nous ne sommes pas faites pour ça . Mais la réalité est différente , la réalité c’est vous , c’est moi , c’est ces milliers de jeunes filles , de jeunes femmes qui sont passionnés par la science, qui sont innovatrices et engagés. Alors n’attendez pas , n’attendez pas pour vous exprimer , n’hésitez pas à choisir la science et au fond n’hésitez pas à choisir le savoir tout court . Ce n’est pas facile tous les jours , vous serez bousculée , intimidée , parfois découragée mais vous avez en vous un pouvoir inestimable qui est  celui d’être des femmes .

Comment here