Pascal Web TV

Web TV pour promouvoir l'entrepreneuriat, l’employabilité des jeunes et des Femmes au Bénin et en Afrique ainsi que la Démocratie et la bonne gouvernance.

Entrepreneuriat

Entrepreneurs ou employés, voici pour vous des astuces sur comment apprendre de vos échecs

Robert LOKOCLOUNON
L’échec constitue pour beaucoup de personnes une entrave à la réalisation de leur rêve sur quoi elles travaillent. De ce fait d’autres se découragent au cours du chemin suite à un échec et abandonnent. En ce basant sur le proverbe chinois qui dit << l’échec est la mère du succès >>, il faut donner raison à l’ancien président des États-Unis Winston Churchill qui disait, << le succès, c’est se promener d’échecs en échecs tout en restant motivé >>. L’échec doit constituer surtout pour les jeunes, la grande force de leur motivation afin de ne pas abandonner la réalisation de leur rêve en cours du chemin.
Lisons plutôt ces dix points tirés du livre  »Les vertus de l’échec » de Charles Pépin, publié dans un article sur Good moon par Estelle Joe, Autrice -E-Book, pour apprendre de ses échecs et garder sa motivation.

1- Il faut avoir déjà échoué pour savoir qu’on s’en relève.

En 1999, Rafael Nadal, alors inconnu, joue contre Richard Gasquet qualifié de « petit mozart du tennis français ». Ce jour là, Rafael Nadal échoue à devenir champion du monde de sa classe d’âge. En observant le parcours de Rafael Nadal nous comprenons qu’il a connu beaucoup d’échecs étant plus jeune.
Après ce match en 1999, les deux tennismans se rencontreront 14 fois. Rafael Nadal remportera les 14 matchs.
Pourquoi ?
Sans doute parce qu’après sa défaite, il a analysé le match en profondeur. Nous apprenons plus en perdant qu’en gagnant. Raphael Nadal a eu besoin de cette défaite pour se rapprocher plus vite de son propre talent.

2- Nos échecs sont autant de tests pour notre désir

Échouer nous permet d’en apprendre plus sur nos aspirations. Et si nous n’étions pas fait pour ça ? Au contraire, si nous avons la volonté, encore plus forte de continuer après une défaite… cela peut être une preuve de ce que nous voulons vraiment dans notre vie.

3- Nos échecs nous rendent plus humble

Échouer, c’est souvent en effet « redescendre sur terre », cesser de se prendre pour Dieu ou pour un être supérieur. Parfois c’est nécessaire et c’est même la meilleure chose qui puisse nous arriver. Retrouver l’humilité afin de ne pas se perdre dans les mauvaises directions ou dans un personnage qui ne nous correspond pas.

4- On est plus fort lorsque l’on sait comment tomber

C’est la première chose que l’on apprend au judo : savoir bien tomber.
Sans se crisper, en roulant avec souplesse et fluidité, en accompagnant sa chute et en apprenant de cette chute : pourquoi sommes-nous tombé ? Le judoka se relève fort d’une connaissance nouvelle.
C’est une belle leçon d’humilité à appliquer à nos vies.

5- Nous avons toujours le choix de nos réactions

La sagesse stoïcienne… Lorsqu’un événement nous arrive, nous avons toujours le choix de nos réactions.
Les stoïciens nous enseignent de ne pas perdre notre énergie à essayer de comprendre pourquoi c’est arrivé.
Si vous souhaitez en apprendre plus sur la philosophie stoïcienne, vous pouvez consulter cet article : leçon de philosophie pour les angoissés

6- On ne perd jamais

Nouvelle leçon d’humilité à appliquer dans son quotidien.  » J’ai perdu mais je sais ce que je voulais savoir » répond alors Roger Federer à un journaliste après sa défaite face à Gael Monfils.

7- L’échec permet de nous rendre disponible

L’échec ne rend pas forcément plus sage, plus humble ou plus fort, il doit parfois être vécu pour nous rendre disponible pour autre chose. Si nous arrêtions la musique sur la « fausse note » et la repassions en boucle, sans lui donner la chance de trouver sa place sur la durée d’un morceau, c’est comme si nous arrêtions le temps au pire moment.

8- L’acte manqué, c’est l’inconscient qui réussit à s’exprimer

Souvent, nous nous étonnons des schémas de répétition. Nous continuons à répéter des choses qui nous déplaisent. C’est que, malgré le déplaisir conscient, nous en retirons une jouissance inconsciente.

9- Un échec, c’est se donner la chance de réussir

A l’origine de toutes les belles réussites, on trouve une prise de risque, et donc une acceptation de la possibilité de l’échec. Oser, c’est d’abord oser l’échec.
Si on ne tente rien, nulle chance de réussir.

10- Regarder ses succès comme si c’était des échecs

Pourquoi David Bowie ou Prince sont restés au sommet de leur art durant des décennies ?
Ils ont regardé leurs succès comme s’ils étaient des échecs. Ils ont continué à chercher, à s’interroger, à se réinventer.

Comment here

Dutch Dutch English English French French