Pascal Web TV

Web TV pour promouvoir l'entrepreneuriat, l’employabilité des jeunes et des Femmes au Bénin et en Afrique ainsi que la Démocratie et la bonne gouvernance.

Entrepreneuriat

Entreprenariat féminin : la Banque mondiale finance 70 000 entreprises femmes

La Banque mondiale a accordé hier, lundi 13 mai 2019, à travers le programme l’Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures, ses deuxièmes allocations de fonds afin de soutenir le développement de 70 000 entreprises féminines.

La Banque mondiale opte pour plus de femmes entrepreneures dans le monde. C’est dans ce sens que s’inscrit l’octroi de financement aux entreprises dirigées par les femmes. En effet, selon le communiqué de l’institution financière, 70 000 entreprises dirigées par des femmes devraient bénéficier du fonds et permettre de mobiliser pratiquement un milliard de dollars de financement auprès d’autres sources publiques et privées.

Avec une enveloppe de 129 millions de dollars en faveur de programmes de soutien à l’entrepreneuriat féminin, cette deuxième série de subventions devrait mobiliser 990 millions de dollars de financements supplémentaires auprès d’autres sources publiques ou privées par l’intermédiaire de quatre banques multilatérales de développement.

La Banque africaine de développement (BAD) a obtenu 61,8 millions de dollars pour financer des activités dans 21 pays d’Afrique tandis que la Banque asiatique de développement s’est vu allouer 20,2 millions de dollars en appui à son action à Fidji, en Papouasie-Nouvelle-Guinée et au Vietnam.

De leurs côtés, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement et la Banque interaméricaine de développement ont reçu respectivement 22,9 et 24,28 millions de dollars pour leurs opérations en Asie centrale et dans les pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Ce deuxième cycle de financements vient compléter la première série d’allocations annoncée en avril 2018, à hauteur de 120 millions de dollars, qui a permis de financer des projets du Groupe de la Banque mondiale, de la Banque asiatique de développement et de la Banque islamique de développement destinés à démanteler les obstacles à l’activité des femmes entrepreneures dans les pays en développement.

Ensemble, ces deux vagues de financements devraient concerner 115 000 femmes entrepreneures et mobiliser 2,6 milliards de dollars de fonds supplémentaires auprès d’autres sources publiques ou privées — soit dix fois les moyens mis à la disposition de l’Initiative We-Fi par ses 14 pays donateurs.

Le processus du financement des femmes en question

L’initiative We-Fi, fondée sur un large partenariat entre de multiples acteurs afin de lever les obstacles rencontrés par les femmes entrepreneures grâce à des solutions globales et durables, est la première du genre, souligne Geoffrey Okamoto, président du comité de direction de l’Initiative We-Fi et secrétaire d’État adjoint par intérim pour les finances et le développement international au Département du Trésor des États-Unis. L’idée n’est pas de financer directement ces entrepreneures mais des projets capables de s’attaquer aux causes structurelles des entraves financières à l’entrepreneuriat féminin.

Dès qu’elles peuvent exprimer leur potentiel économique, les femmes contribuent à améliorer la croissance, la prospérité et la paix dans le monde, observe Kristalina Georgieva, directrice générale de la Banque mondiale. En mobilisant des milliards de dollars pour les femmes entrepreneures, y compris dans les contextes les plus difficiles, l’Initiative We-Fi a dépassé tous ses objectifs. Nous avons la ferme intention de poursuivre sur cette lancée, car la réussite des femmes profite à tous.

De fait, 70 % des allocations actuelles de l’Initiative We-Fi seront consacrées à des entrepreneuses vivant dans des pays admis à bénéficier de l’aide de l’Association internationale de développement (IDA) et dans des pays en situation de fragilité et de conflit.

La répartition des ressources allouées au titre du deuxième cycle de financements

La Banque africaine de développement a obtenu 61,8 millions de dollars pour son programme de discrimination positive pour le financement en faveur des femmes en Afrique (AFAWA).Ce programme entend proposer des outils financiers innovants et sur mesure, à l’image du mécanisme, unique en son genre, de partage des risques, une formation spécialisée dans le renforcement des capacités et des initiatives ciblées pour réformer en profondeur l’environnement propice aux activités des femmes entrepreneures.

Sur les 21 pays ciblés, le programme AFAWA s’adressera en priorité aux pays IDA ou aux pays fragiles et en conflit, où les femmes ont beaucoup de mal à accéder aux financements, aux marchés, au savoir et aux programmes d’accompagnement. Sont notamment concernés le Burundi, les Comores, la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Mali, la Mauritanie, le Mozambique, le Niger, l’Ouganda, la République démocratique du Congo, le Sénégal, la Sierra Leone, la Tanzanie, le Tchad, la Zambie et le Zimbabwe.

Selon le communiqué final de l’institution de Brettons Wood, la Banque asiatique de développement a reçu 20,2 millions de dollars pour son programme visant à accélérer le développement des entreprises féminines dynamiques en Asie du Sud-Est et dans le Pacifique ((WAVES). Ce programme soutiendra plus de 5 105 entreprises dirigées ou détenues par des femmes en Indonésie, dans le Pacifique et au Vietnam et s’emploiera à faire évoluer durablement les comportements des principaux interlocuteurs, publics et privés.

En Indonésie et au Viet Nam, des prêts axés sur les performances permettront d’élargir l’accès aux financements tandis que Fidji émettra la première obligation de l’Asie du Sud-est et du Pacifique ayant une dimension sexospécifique.

La Banque asiatique de développement travaillera avec des partenaires nationaux pour réaliser la première enquête de conjoncture auprès des entreprises féminines du Pacifique et soutiendra l’introduction de dispositions relatives à l’égalité hommes-femmes dans le droit commercial du Viet Nam.

Les capacités et la confiance des femmes entrepreneures seront renforcées par des programmes d’initiation à la finance, d’accélération commerciale et d’accompagnement dans le but d’accroître leurs contributions à l’édification d’économies inclusives et dynamiques.

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement a reçu 22.9 millions de dollars pour son programme de soutien aux entreprises féminines en Asie centrale. L’intégralité de l’allocation We-Fi ira aux pays IDA, notamment la Mongolie, l’Ouzbékistan, la République kirghize et le Tadjikistan. Le programme a adopté une approche holistique pour s’atteler à tous les obstacles (offre, demande, environnement) dans le but d’enclencher un changement systémique au niveau du marché comme dans les entreprises.

La Banque interaméricaine de développement a reçu 24,28 millions de dollars pour son programme dédié aux femmes entrepreneures pour l’Amérique latine et dans les Caraïbes (WeForLac).Ce programme entend améliorer l’accès aux financements, aux marchés, aux compétences et aux réseaux mais aussi renforcer l’écosystème entrepreneurial pour soutenir les entreprises dirigées ou détenues par des femmes. Il devrait bénéficier à plus de 19 252 femmes, en priorité dans les communautés mal desservies en Argentine, au Brésil, en Colombie, en El Salvador, au Honduras, au Guatemala, au Mexique et au Pérou.

Bref aperçu du programme initiative We-Fi

Lancée en 2017 lors du sommet du G20 à Hambourg (Allemagne), l’Initiative We-Fi a pour objectifs d’aider les femmes entrepreneures à accéder aux marchés, aux financements, à la technologie, à des services d’accompagnement et autres et, parallèlement, grâce à une collaboration avec les États et le secteur privé, de faire évoluer les lois et les politiques bridant l’entrepreneuriat féminin dans les pays en développement.

L’initiative We-Fi est soutenue par de nombreux pays : Allemagne, Arabie saoudite, Australie, Canada, Chine, Danemark, Émirats arabes unis, États-Unis, Fédération de Russie, Japon, Norvège, Pays-Bas, République de Corée et Royaume-Uni.

Source: Par Falco VIGNON, Bénin 24 Tv

Comment here