Pascal Web TV

Web TV pour promouvoir l'entrepreneuriat, l’employabilité des jeunes et des Femmes au Bénin et en Afrique ainsi que la Démocratie et la bonne gouvernance.

Actualité NationaleFemme et devellopement

ACCÈS DES FEMMES AUX TERRES AU BÉNIN

Une problématique de disparité sociale

La terre est et reste la ressource importante d’un pays, de part son exploitation. Mais à travers la gestion de cette ressource naturelle, il est constaté avec regret, une faible représentativité des femmes dans l’exploitation des terres au Bénin. Il s’agit bien évidemment d’une problématique remarquée à travers les données statistiques données par EMICoV à sa 2ème édition en 2011.
 
Robert LOKOCLOUNON
 

L’exploitation des terres par les femmes d’après les données statistiques datant de 2011 données par l’Enquête Modulaire Integrée sur les Conditions de Vie des Menages (EMICoV) est très faible au Bénin. Ce qui entraine la persistance de la disparité entre l’homme et la femme dans ce secteur malgré l’existence d’un important arsenal juridique dans le domaine. En effet, à sa deuxième edition, EMICoV montre des statistiques selon lesquelles 14,9% de femmes possèdent de parcelles contre 85,1% d’hommes qui sont des propriétaires de parcelles. Ce rapport publié par EMICoV sur l’accès au foncier en République du Bénin démontre une faible représentativité des femmes parmi les propriétaires terriens. Ce qui est dû à plusieurs raisons. Cette tendance se remarque naturellement quelque soit le facteur socio-démographique et le facteur économiques des propriétaires.

Vue sur les statistiques de certains départements

Selon les statistiques publié par EMICoV 2011, on retient que dans l’Alibori et la Donga seulement 6,9% de femmes possèdent de terres. Pour ce qui concerne le département de Plateau, on note 8,6% de femmes. Dans le Borgou et l’Ouémé, on note respectivement 8,9% et 9,6% de femmes possédant de terres. Par contre, le département de l’Atlantique a franchi la barre de dix avec un pourcentage de 13,8%. Ainsi, il s’agit des département où la proportion de femmes qui possèdent de parcelles est inférieure à la moyenne nationale. Cette enquête a été faite aussi selon les caractéristiques des ménages.

Caractéristiques des ménages et l’accès au foncier

L’enquête EMICoV 2011 a fourni de même, une collection d’un certain nombre de données dont on peut retenir ici les caractéristiques des ménages ainsi que le droit à l’accès au foncier des femmes.

Ces données révèlent que 58% de la population vivent en milieu rural et 48,5% de la population du pays est âgée de moins de 15 ans. Elle est constituée à 49,3% d’hommes. Trois ménages sur quatre ont à leur tête un homme avec une taille moyenne de 5,1 personnes. Il est à souligner également que 42,2% de la population ne sont pas instruits, et seulement 2,5% représentent ceux qui ont atteint un niveau supérieur. Les résultats de l’enquête font découvrir que 60,6% des ménages possèdent au moins une parcelle ou terres agricoles contre 62,9% l’an précédant. 3,0% de ces terrains dispose d’un titre foncier. << En matière de sécurisation foncière, 39,9% des béninois ont entendu parler du titre foncier et estiment qu’il permet de sécuriser la parcelle >>, fait ressentir le rapport. En matière d’acquisition des terres, l’héritage est le principal mode d’acquisition des parcelles au Bénin. Ce qui limite considérablement l’accès des femmes aux terres.

L’accès limité des femmes aux terres

Qu’importe le mode d’acquisition des parcelles, on en retient des résultats de l’enquête que les femmes ont un accès limité à la terre surtout dans les milieux ruraux. Par exemple, quand on connsidère le nombre d’acquisition de terres par heritage, l’INSAE rapporte de la Note de synthèse de EMICoV 2011 que seulement 12% des terres appartiennent aux femmes alors que 88% des terres sont aux mains des hommes. Aussi, le constat démontre que la majorité des parcelles ne disposent pas de document officiel. De tout ceci, il urge que la femme use de son autonomie pour supprimer la barrière d’un accès restreint à leur genre pour l’acquisition des terres. Mais cet accès limité aux terres à la femme est dû surtout au poids de la tradition et notamment le partage des terres par “l’héritage”.

L’héritage, une source de la difficulté d’accès des femme aux terres

Bénin Profil Genre 2014 réalisé par Cica Mathilda DADJO, consultante en égalité régionale du genre, a démontré qu’au Bénin en général et dans les milieux ruraux en particulier, les pratiques foncières coutumières sont restées fortement telles qu’elles étaient dans les relations sociales entre l’homme et la terre. Ainsi, la terre n’est pas seulement un bien économique ou une marchandise objet de spéculation, elle a surtout d’importantes dimensions sociales, religieuses et culturelles.  À cet effet, l’héritage constitue le principal mode d’accès aux ressources foncières au Bénin. En effet, plus de 50% des terres au Bénin sont transférées par ce moyen, d’après les statistiques de cette étude. Mais les pratiques de la vieille tradition qui gouverne jusqu’à nos jours, interdit toujours l’héritage foncier aux femmes. << D’après le principe dexo-intransmissibilité renforcé par une tradition patrilinéaire et virilocale, le droit coutumier interdit l’héritage de la terre par les femmes. Selon ce principe, la terre se parentalise et la parenté se territorialise. Une terre héritée par une femme deviendrait la propriété du lignage de son mari ou d’un lignage tiers selon que c’est son fils ou sa fille qui en hériterait >>, évoque l’étude de Bénin Profil Genre 2014. Ce constat est encore très prononcé dans les milieux ruraux car dans les sociétés traditionnelles, la terre reste avant tout comme souligné ci-haut un facteur de production, de pouvoir, d’identité communautaire et de spéculation.

Toutefois, malgré ces statistiques de 2011 très faibles, les résultats du rapport de 2018 pourraient connaître une hausse, une amélioration sur l’accès des femmes aux terres. Car la contribution des organismes qui luttent pour l’accès des femmes aux terres comme la Fondation Konrad Adenauer et d’autres associations foncières, est d’une véritable importance.

Comment here

Dutch Dutch English English French French
Aller à la barre d’outils